Qui va à Séville perd sa place – Quien va a la caza pierde su silla

Qui va à Séville perd sa place – Quien va a la caza pierde su silla

L’agence de traduction CBLingua propose des services de traduction pour une multitude de documents : diplômes, brevets, contrats, brochures touristiques, comptes annuels, etc.

Il existe aussi d’autres services de traduction, par exemple la traduction de romans ou de slogans. Pour ce type de traduction, les traducteurs font appel à leur imagination pour que les jeux de mots et les blagues fonctionnent dans la langue de destination.

« Qui va à Séville perd sa place »

 « Manger comme sept »

Vous n’avez sûrement jamais entendu ces expressions et proverbes, en effet ils sont exprimés différemment en français. Voilà un autre aspect de la traduction : dans un livre, un slogan ou pour le domaine du marketing, il est indispensable de traduire les expressions et les adapter pour que le lecteur français les comprenne.

Je vous propose donc d’étudier la typologie et les différences entre les expressions et les proverbes espagnols et français.

  1. Premièrement, la traduction peut être littérale, c’est-à-dire que la syntaxe entre ces expressions est la même, mot pour mot. Ces expressions sont assez simples à comprendre pour le public français car les mots se ressemblent et la structure de la phrase est la même :

2. D’autres fois, les expressions se ressemblent mais on note quelques différences :

Le premier exemple est très intéressant : on s’aperçoit qu’il y a une rime dans les deux expressions. Cette rime est une des particularités syntaxique des expressions et des dictons et il est intéressant d’observer que tant l’expression française comme l’espagnole contiennent cette rime, même si elles n’utilisent pas la même idée (chasse-place en français et Séville-chaise en espagnol).

Dans le deuxième exemple, on se retrouve face au phénomène de synonymie. En espagnol, il existe deux mots pour dire « olivier » : aceintuno et olivo. Il est impossible de traduire littéralement l’expression en utilisant le même jeu de mots, car en français il n’existe qu’un mot, « olivier ». L’expression française équivalente utilise donc la proximité de sons entre le nom « bonnet » et l’adjectif « blanc » et inverse l’ordre des mots pour exprimer l’idée de similitude (autrement dit, « blanc bonnet » signifie la même chose que « bonnet blanc »).

Enfin, le dernier exemple fait appel aux coutumes et aux différences entre cultures. En France, c’est le père Noël qui dépose les cadeaux au pied du sapin le 24 décembre, alors qu’en Espagne, ce sont les Rois Mages qui apportent des cadeaux aux enfants le 6 janvier.

3. Pour finir, certaines expressions sont très proches sémantiquement (elles sont construites de la même manière et utilisent le même verbe) mais on note une différence de perception.

Dans chacune des expressions, l’idée est la même mais  on note une légère différence (les nombres ou substantifs sont différents). Par exemple en espagnol on ne naît pas avec une cuiller d’argent dans la bouche mais on naît avec une baguette sous le bras, ou bien on ne mange pas comme quatre mais on mange pour sept.

J’espère que ce deuxième article rédigé intégralement en français (ou presque) vous a plu, n’hésitez pas me dire en commentaire quelle expression française ou espagnole vous a le plus surpris ! Les connaissiez-vous déjà ? En connaissez-vous d’autres ?

À très bientôt sur mon blog pour un nouvel article en français 🙂

Sé el primero en comentar

¡Déjanos tu comentario!